BRM 600

Pavilly - Mt-St-Michel - Pavilly

Gilles nous raconte son brevet

Arrivé un peu avant 5h30 à la maison pour tous, je constate que plusieurs cyclos sont déjà présents et s’affairent autour de leurs machines. La salle est fermée et me voyant avec le maillot de Pavilly certains s’assurent que le rendez-vous est bien à cet endroit. Des amicalistes sont venus nous souhaiter bonne route, on se sent soutenu. 5h30, Bruno qui a les clés de la salle arrive. Chacun récupère sa carte de route, avale un café et un morceau de gâteau. Comme d’habitude Gigi distribue ses munitions, nous allons en avoir besoin ! Mais que fait Patrick, il n’est pas encore arrivé… un coup de téléphone le réveillera, une panne d’oreiller ça arrive…
28 inscrits c’est un beau score !
Nous serons 8 amicalistes au départ, Christine, Antoine, Bruno, Jean-Jacques, Patrice, Patrick, Philippe et moi-même.
Le départ est donné et rapidement nous formons un groupe d’une quinzaine de cyclos. Dominique de l’ASPTT de Dieppe nous accompagnera du début à la fin, c’est un bon compagnon de route qui a participé à la série des brevets organisé par l’ACP. Le temps est frais et couvert, la météo s’annonce clémente, l’ambiance est bonne, nous arrivons à Bonnebosc pour le premier pointage. C’est le moment de se découvrir un peu car le soleil commence à chauffer à travers les nuages. Le pays d’Auge est magnifique et les côtes s’enchainent. Patrice perd son compteur et Dominique se trompe de route en repartant dans le mauvais sens après une pause. (Nous ne le retrouverons qu’à Aunay, un peu essoufflé !)
Vers midi nous nous arrêtons pour manger avant le passage à Aunay-sur Odon, d’autres continuent. Nous ne regrettons pas d’avoir repris des forces car la suite est compliquée, le relief s’accentue de plus en plus.
C’est en arrivant à Aunay que Jean-Jacques est renversé par un chien sorti d’un jardin mal clos. Antoine échappe de peu à la chute. Jean-Jacques se relève la paume de la main droite écorchée, les coudes et un genou en sang. Les propriétaires du chien arrivent rapidement et proposent au blessé de rentrer dans la maison pour nettoyer ses plaies. Nous sommes un peu sonnés et inquiets pour notre capitaine de route. Jean-Jacques ressort de la maison et après une rapide remise en état du vélo décide de reprendre la route, je ne sais pas si à sa place j’aurais fait de même… c’est un coriace Jean-Jacques !
Nous retrouvons plusieurs participants dans le centre d’Aunay sur Odon deuxième pointage. La suite du parcours est toujours difficile, le hameau de la Noé nous réserve une grosse difficulté et nous y retrouvons Christine partie devant depuis midi avec Mickaël et Laurent de Luneray en compagnie de quelques cyclos. Bientôt le Mont saint Michel est en vue ! Les routes sont plus planes mais le vent se renforce… Nous arrivons au Mont, troisième pointage, nous nous posons pour manger. Nous avons tous un peu froid avec la fatigue et le vent. Dans 40 km nous serons à Fougères quatrième pointage où une chambre nous attend dans un hôtel. Nous changeons de direction et cette fois le vent est favorable, nous arrivons au Formule 1 vers 22h30, 300 km au compteur. Nous nous répartissons dans 3 chambres, le départ est prévu à 2h.
Courte nuit, nous avons eu du mal à trouver le sommeil, nous repartons après avoir bu un café et mangé quelques biscuits. L’option hôtel était plutôt bonne, nous nous sentons un peu reposés quand même. Philippe n’est pas trop en forme et a eu du mal à sortir de son lit. Jean Jacques pour sa part n’est pas au mieux, ses plaies piquent et il a des douleurs aux côtes.
La première heure se passe bien mais rapidement la fatigue revient, il faut s’accrocher jusqu’au lever du jour. Jean Sébastien qui roule sur un vélo qu’il a fabriqué nous rejoint. 6 heures, 7 heures rien d’ouvert…. Nous sommes dans les Alpes Mancelles, magnifiques paysages mais toujours pas de commerce ouvert. C’est à Alençon que nous pouvons enfin nous restaurer, il était temps. Deux cyclos qui ont passé la nuit seuls rejoignent le groupe. Le parcours est ensuite plutôt agréable jusqu’à Mortagne au Perche cinquième pointage où nous arrivons vers 11h. La pause en terrasse est agréable, encore 140 km, ça devient bon ! Des gros nuages gris font leur apparition.
La route devient à nouveau très difficile, les montées s’enchainent. Nous perdons Egareg un des rescapés de la nuit qui nous accompagnent depuis Alençon, sa chaine a sauté dans une côte, il ne rentre pas. Nous le reverrons à l’arrivée, le câble de son dérailleur arrière a cassé…Broglie, tout le monde veut faire une pause, j’ai peur de rentrer trop tard et quitte le groupe. J’ai encore de bonnes jambes et je repars pour les 80 derniers kilomètres. La côte de Pont Authou est conforme à mes souvenirs, difficile…
Bourg Achard, Barneville sur Seine, le bac de Duclair qui m’attend pour la traversée et c’est enfin l’arrivée à Pavilly. Le comité d’accueil fait chaud au cœur. Je commence à raconter mon périple, je prends des nouvelles des autres participants, Christine et ses compagnons sont bien arrivés, je traine… on annonce les pavillais au Paulu, je les attends, finalement je serai sur la photo !
Deux participants ont abandonné, Jean Marc et Jean Michel, qui n’étaient pas en forme au départ. Avec ce genre de parcours il fallait vraiment l’être ! Le groupe Pavilly a fait preuve d’une vraie cohésion et je suis sûr que tout le monde sera prêt pour le rendez-vous du 18 août. Bravo à Patrice pour son premier 600, coup de chapeau à Christine seul féminine !
Tout le monde a relevé la beauté des parcours de l’ACP et qualité de l’accueil au départ et à l’arrivée, encore merci à tous ceux qui ont donné de leur temps pour ce brevet soit un succès.

Gilles