BRM 600

Pavilly - Mt-St-Michel - Pavilly

Egareg nous raconte ...

J'ai pris le départ du brevet organisé par Pavilly et nous avons croisé quelques cyclos du BRM d'Angers autour de Mortagne au Perche qui était aussi un contrôle pour nous sur le retour.
Le trajet était bien sympa avec une ligne droite du nord de Rouen vers le Mont Saint Michel, donc à travers le pays d'Auge, les vallées de la Laize et de l'Odon, les collines du bocage virois... Je suis parti avec un groupe de 6, on s'est retrouvé à 4/5 en arrivant sur la plaine de Caen. Une mauvaise gestion de l'alimentation m'a fait lâcher le groupe que je n'ai rejoint qu'à Aunay sur Odon. Je les ai laissés repartir avant moi pour prendre le temps de manger et je suis reparti devant un autre groupe : ça me donnait un peu de sécurité en cas de moins bien. Finalement, le groupe ne m'a dépassé qu'à l'occasion d'une pause peu après la sortie de Vire : mon dérailleur arrière ne voulait plus descendre sur le petit pignon.  
Je m'arrête donc et ne remarque rien : ça bouge bien à la main, le levier actionne bien le câble. Peut-être un peu d'encrassement à la longue ?
Je nettoierai ça à la maison et j'en profiterai probablement pour changer le câble en prévision de PBP. Je continue donc sous le soleil vers Saint Pois en me demandant si le groupe qui est passé pendant mon arrêt sera attablé en terrasse avec un coca comme j'ai prévu de le faire. Ca me permettrait de me mettre à l'abri du vent... mais non, ce n'est pas là qu'ils ont prévu leur arrêt. Je suis seul à siroter mon soda sur la terrasse. Le profil est descendant ensuite, même si l'on voit bien qu'une colline barre l'accès à la baie du Mont Saint Michel.
L'arrivée au Mont Saint Michel m'a un peu séché : c'est plat, certes, mais il n'y avait plus aucune protection contre le vent... qui soufflait bien et rafraîchissait fort. Un premier groupe me rattrape, un autre suit derrière. Ca veut dire qu'ils ont fait une pause aussi, mais je n'ai pas vu où. Je n'arrive pas à tenir dans les roues car le vent est 3/4 face : suffisamment en face pour nous gêner, mais trop sur le côté et cela oblige à rouler de plus en plus à gauche...  
Arrêt casse-croûte rapide devant le Mont Saint Michel et ses boutiques pleines de touristes. La trace repart ensuite vent arrière en direction de Saint James et Fougères : portion en mode TGV sur de belles routes peu fréquentées à ces horaires. Je suis parti en solo car je voyais des nuages qui s'assombrissaient de plus en plus et je craignais de prendre froid avec le vent : de toute façon, le groupe devrait me rejoindre sur cette portion roulante.
En fait, non ! J'avais trouvé le mode turbo-éolien et j'ai savouré cette quarantaine de kilomètres !    
Fougères marquait la moitié du trajet. Après avoir pointé dans une pizzeria et emporté une calzone (plus facile à transporter dans la sacoche, lu dans un CR par ici), j'ai donc continué 45 km plus loin avant de m'arrêter dormir en mode bivouac sous une rampe de skate-park. Un groupe m'a rejoint à mi-parcours entre Fougères et Ambrières où j'ai dormi. Je pédale avec eux et nous faisons une pause dans un bar encore ouvert à minuit. On évite de trop s'attarder dans cette ambiance chaude pour pouvoir continuer à pédaler.  

Mes yeux papillonnent et je préfère m'arrêter comme prévu.   Je laisse partir... pour lire la suite Cliquez

Egareg