« Garden party » présidentielle

C’est un bien beau dimanche qui se profile quand je sors de ma léthargie matinale à 6h30. Le soleil est déjà bien présent et mon agenda me rappelle qu’aujourd’hui sera particulier. En effet depuis plus de 6 mois la date est bloquée, impossible de la louper : aujourd’hui à lieu "la Journée du Président".

Le vélo est déjà prêt, j’enfile mon cuissard et ma veste (courte !) et je rejoins Marcel devant chez lui. Il fait frais ce matin ! Mais à notre arrivée à Pavilly, il y a de quoi se réchauffer. Une viennoiserie et un bon café, offerts par notre bon Président ; une deuxième viennoiserie… et aller, une troisième avant de partir. Mais là, c’est la douche froide ! On nous annonce que la visite de la brasserie n’aura pas lieu ! Que faire ? Demi-tour ? Je rentre chez moi ? Je pleure… Tant pis.

Allons-y. Les premiers tours de roues de la journée, ça discute tranquillement dans le peloton, je cherche des zones ensoleillées. C’est tout plat jusqu’à Duclair, pas de quoi faire monter la température corporelle mais le soleil est bien là et devient de plus en plus présent. Petite croisière sur la Seine, le bac nous emmène « de l’autre côté de l’eau » comme on dit par chez vous. C’est encore tout plat de l’autre côté et je profite du paysage.

Le château d’Iville est à portée de vue, je sais que ça va monter, je m’en frotte les mains. Je m’arrête à l’arrière pour m’alléger, le café est évacué (ben oui, je n’ai pas bu d’eau de ma gourde depuis le départ). Je rattrape le peloton, et sur ma lancée j’attaque la côte à fond. Philippe tente de me suivre mais un saut de chaîne l’empêche de prendre ma roue (ah, foutue mécanique !). La côte n’est pas finie, ça monte encore quelques centaines de mètres. Ça y est, il fait chaud. Mais l’effort est récompensé, puisque plus haut s’offre à nous le magnifique panorama de Barneville-sur-Seine.

Après cette petite pause digne de cyclo-touristes – mais, nous en sommes ! – nous reprenons la route vers notre nouvel objectif principal, le lieu de pique-nique. Là c’est tout droit, vent dans le dos, parfait pour un rouleur comme Marcel qui fonce alors en tête, le compteur s’affole, je me crois en contre-la-montre par équipe. Nous bifurquons vers Arelaune-en-Seine (quezaco ? … C’est La Mailleraye). Au loin des admirateurs sur le bord de la route. Nous retrouvons nos chers et tendres conjoints, amis, enfants, petits-enfants et allons nous installer sur « la presqu’île ».

Comme nous n’avions pas eu de bière Brotonnia, on se console avec des bouteilles de rosé, et Pascal m’offre une 1664. Excellent pique-nique convivial au soleil. Nous partageons un bon Paris-Brest (c’est de circonstance) apporté par Antoinette.

Pas le temps de faire une sieste, nous repartons avec comme point d’orgue, l’ascension du Pont de Brotonne dès les premiers kilomètres (que je m’amuse à faire deux fois, en poursuite derrière Johan et Emma). Le passage par Saint-Wandrille (non, Rives-en-Seine !) et la remontée vers Blacqueville se fait en douceur, en discutant avec Arnaud.

Le temps de se dire « A ce soir ! », je laisse le peloton rentrer à Pavilly, tandis que j’essaye de suivre Marcel qui repart vers Barentin. Nous arrivons tous les deux avec environ 76km au compteur. Il fait désormais bel et bien chaud, une bonne douche est méritée.

On se prépare pour la soirée. Nous sommes accueillis le soir à bras ouverts sur une belle terrasse, remplie de gens sympathiques. Une petite coupe à la santé d’Eliott, une deuxième à la santé des parents, une troisième à celle des grands-parents, une quatrième…etc. Nous rentrons ensuite dans la salle avec cette grande tablée très joliment décorée, inspirant le bonheur et la convivialité. Nous entamons le repas, partageons tout ce que chacun a apporté, vivres et boissons. Le repas se termine par d’excellents gâteaux. Il est déjà 22h45. Il n’y a pas à dire, sacrée journée, impossible de la louper : aujourd’hui avait lieu "la Journée du Président".

Clément