… à Quiber … z’avez pas vu la mer !

Pour une belle journée … ce fut une belle journée !!! Moments suspendus, riches en plaisanteries, forts en amitié. Pratique cyclotouristisque s’il en est, notre escapade quibervillaise restera comme une parenthèse dans nos sorties dominicales. Parenthèse qu’il conviendra de renouveler, soyez-en sûrs ! Nous partîmes à cinq et c’est à cinq que nous arrivâmes au port ! Repartis du port à cinq, c’est à cinq que nous rentrâmes à Pavilly.
A 7h40, déjà sur le parking, Gigi et Alain s’affairaient autour du tandem … Evelyne et moi arrivons forts confiants d’une journée mémorable … huit heures approchaient lorsque Jessica, pensant que nous rejouions Koh lanta, débarqua, vélo entre les dents et les vers de terre dans sa gamelle ! Il ne lui manquait que les tatouages … en attendant, bravo pour le défi ! Pour une fois le temps était avec nous et nous décidons que la D 142 jusqu’à Limésy n’était pas forcément la meilleure option … alors direction Becquigny … Limésy, puis Yerville … par la grande route ! Un parcours peut-être à revoir. Nous nous dirigeons vers Saint-Laurent-en-Caux. Les travaux de réfection de la voirie n’arrangent pas les choses : de la gravelle, de la gravelle et encore de la gravelle. Outre le fait des projections possibles, nous nous contentons de rouler sur une bande dégagée de cailloux … peu rassurant ! Heureusement, à Saint-Laurent-en-Caux, le p’tit bar est non seulement ouvert mais fort accueillant. Tandis que nous nous installons, Alain et Gigi nous offrent les viennoiseries. Un régal. Quelle ne fut pas notre surprise de voir arriver un maillot pavillais. Roger, de passage, et par l’odeur alléché nous tint à peu près ce langage : « Ô vous ici, j’en suis fort aise … je fais mon petit tour avant d’aller à Dieppe … au resto !!! » … petit veinard, tandis que nous, nous ahanerons sur nos montures. Pour cela encore faut-il abréger la pause !
D’un commun accord, nous quittons la grande route et prenons vers Canville-les-deux-églises, petites routes du pays de Caux qui nous amènent très vite à Fontaine-le-Dun. Ensuite, suivre la vallée du Dun n’est que du bonheur, il fait doux, le soleil est là et heureusement que nous butons sur la mer, sinon on pédalerait encore ! Quiberville nous accueille, sa plage de sable « un peu gros » est propice au piquenique « sorti des sacoches » … on prend son temps tandis qu’Alain, assiste à la débarque et contrôle ce que les doris rapportent dans leurs casiers. Aurons du homard ce midi ? Je crains de devoir me contenter de mes quelques sardines agrémentées d’Ebly, pour la forme ! Jessica et Evelyne, pensant être en vacances, pataugent dans les vagues se demandant pourquoi on n’est pas en télétravail ! Nous piqueniquons tranquillement et le meilleur moment de la journée arrive … la sieste !!! Chacun s’installe comme il peut et bercé par le bruit lancinant des vagues, réchauffé par le soleil encore printanier, entre ciel et mer, nous glissons dans un doux moment où le temps n’a plus d’importance. Cependant, nos horloges internes ont fait le boulot et après deux heures passées à « Quiber » (… c’est comme ça qu’ils disent … ), après un dernier p’tit café, il nous faut repartir. Direction vallée de la Sâane. Incroyable … nous avons le vent dans le dos. Je hisse la grand-voile, ça roule plutôt bien, nous sommes à peine ralentis par la crevaison du vélo de Jessica ... une première qu'il conviendrait d'arroser ... pour ne pas que cela se reproduise ! On répare et on redémarre. Curieusement, la vallée de la Sâane n’est pas aussi plate qu’on pourrait le penser et les petits « coups de cul » à répétition, finissent par lasser. Pause restauration au pied du château d’Imbleville, Val-de-Sâane n’est plus très loin. Nous remontons vers Bertrimont et retrouvons la vallée de l’Austreberthe descendue « à fond les gamelles ». Nous arrivons vers 16 h à Pavilly. Jessica n’est même pas fatiguée ! 91 km au compteur et un super moment passé ensemble … à renouveler !!!

Philippe