On ripaillait gentiment lorsque soudain
jaillit du cerveau de Stéphanie cette idée lumineuse :
Et si on sortait la nuit !


Stupeur, hésitation et peu à peu quelques mains se lèvent en signe d’approbation. Bruno et Patrick s’occuperont avec soin du parcours et Stéphanie avertira les copains. L’affaire était dans le sac (à dos !)

Résultat : le 22 décembre 2017 vers 21 heures, à Bouville 18 acharnés au compteur, vérifiant les éclairages dans un recueillement digne des pros. Il faut dire que sur la feuille de match on pouvait se fier à 8 cyclos qui avaient tâté du Paris Brest Paris.

21h15 : départ officiel à Bacqueville avec voiture suiveuse ; à la clé, Sylvie et Catherine qui nous assisteront avec gentillesse jusqu’à l’aube. (Merci encore pour leur inestimable présence)
Vers 21h30, nous traversons Fréville et plongeons vers Val au Cesne. Nous prenons à gauche vers ce petit col alpestre qui monte vers Touffreville la Corbeline. Le coin est paisible et boisé. Le groupe roule tranquillement et une crevaison n’altère pas la bonne humeur. L’origine de ce pépin m’est inconnu car je ne voyais rien : c’était la nuit !
A la sortie du village, au stop, tout le monde s’est réuni et direction Bois Himont et le chêne d’Allouville. Dans cette nuit épaisse, une petite bruine s’invite avec malice mais nos éclairages bien ajustés nous ouvrent le chemin.
Nous filons religieusement vers Fauville en Caux, grande route mais peu de circulation. La discipline du peloton est aussi impressionnante que son silence. Bruno (c’est moi), le moins en jambes s’accroche désespérément aux petites étoiles rouges et lumineuses qui le devancent inexorablement. La pause  à Ourvile en Caux  est la bienvenue avant de plonger sur Cany Barville et la vallée de la Durdent. Route plate et paisible, un véritable enchantement sur 10 km environ ; puis c’est Héricourt en Caux et la direction de Doudeville, le cœur du Pays de Caux. Tous feux éteints, sa traversée est sinistre, après ce sera Limésy, Mesnil-Panneville et le retour sur Bouville ou un repas de très bonne facture (soupe à l’oignon, jambon, pâté, crêpes, quiches) et cidre (des Paumier) régaleront toute la joyeuse bande.

Il est 4h30 lorsque je plonge sous la couette et revient dans cette réflexion  :

Cette sortie de nuit, sans ennui, finalement à personne n’a nuit. 

Bonne nuit,
Bruno DAUVERGNE